Le domaine de Thoiry

Le Château de Thoiry allie l’esthétique d’un monument solaire avec le charme intime et prestigieux d’une maison historique animée par la famille des comtes de La Panouse.

  • La flamboyante beauté d’un temple solaire :

domaine de thoiry

  • 1559, Raoul Moreau, trésorier du Roi et érudit, demande au célèbre architecte Philibert de l’Orme, et à son maître maçon, Olivier Ymbert, de construire un château à qui il confie deux missions :
  • Valoriser les fonctions d’un site consacré à la célébration des cycles saisonniers, grâce à un relief particulier.
  • Témoigner de l’ésotérisme français de la Renaissance par son architecture fondée sur le nombre d’or et autres proportions remarquables.

Le château est construit au sommet d’une colline entourée de côteaux. La colline et les côteaux sont à la même altitude. Ce relief permet au château d’être le pivot d’un calendrier solaire dont l’horizon est le cadran et les aiguilles sont les axes des transparences des fenêtres. Le soleil se lève au solstice d’été et il se couche au solstice d’hiver à travers le vestibule central et aux équinoxes de printemps et d’automne dans l’axe d’une transparence transversale des fenêtres.

Du fait de la latitude, les axes du lever et du coucher du soleil aux solstices d’été et d’hiver à travers le vestibule sont les petits côtés de deux triangles de Pythagore dont les hypoténuses communes sont l’axe des pôles, celui de la rotation de la Terre. En projetant dans l’espace ces triangles de Pythagore, l’esprit encadre par l’architecture et la géométrie sacrées le phénomène astronomique.

Quatre triangles de Pythagore déterminent le volume intérieur du vestibule. Leurs hypoténuses communes sont les diagonales qui relient le coin du plancher au coin opposé du plafond. Les rapports entre les largeurs, longueurs, hauteurs et diagonales du vestibule donnent les hauteurs des notes de musique. Le nombre d’or ordonne les tracés de l’architecture. Des courants magnétiques et la ligne de partage des eaux dans l’axe du château créent des forces telluriques.

Ces synergies remarquables entre le site et l’architecture fondent les fonctions ésotériques. Elles mettent en harmonie habitants et visiteurs avec les moments privilégiés de la course du soleil dans le ciel, les courants telluriques, le nombre d’or, les proportions de l’Univers et les fréquences musicales.

  • Le charme intime d’un château historique et familial habité :

La famille des comtes de La Panouse anime depuis plus de quatre siècles le château et les jardins. Les ancêtres sourient du haut de leurs portraits. Maison familiale toujours habitée, leurs objets d’art et leurs meubles embellissent les  actes de la vie, les bidets en porcelaine et les chaises percées pour la toilette, l’argenterie pour les repas, les lits pour le repos et l’amour, les bureaux pour écrire, les canapés pour converser et les instruments de musique pour le plaisir des sens. Seize générations, dont treize en ligne directe, ont fait évoluer l’art de vivre de leur époque.

 

Un fauteuil Louis XV et ses courbes vous tend les bras d’une manière différente qu’un fauteuil Louis XVI avec ses colonnes. Quand on est assis, ils influencent votre attitude. On admire des chefs d’œuvre, tels les volumes et les bronzes de la commode de Cressent, les sculptures du coffre italien de 1450, le meuble à transformations de Pierre Migeon, les fauteuils dorés à la feuille d’or, la niche tapissée de soie du chien, et bien d’autres. La tapisserie des Gobelins, offerte par le Roi Louis XVI, témoigne de l’apogée de cet art. Un papier peint chinois est classé monument historique. Le clavecin de Blanchet, a gardé ses mécanismes anciens. Frédéric Chopin a joué sur un des pianos et il a offert le manuscrit de deux de ses valses.

 

Grâce aux 400.000 pièces d’archives, la famille, animatrice historique, pilote du vaisseau à voyager dans le temps « Château de Thoiry », fait revivre les acteurs événements, qui ont fait l’histoire de l’Europe, et des souvenirs affectifs, semés de rires et parfois de larmes. 580 lettres privées de la famille du Dauphin, fils du Roi de France Louis XV, et celle de la Dauphine, fille du Roi d’Espagne Philippe V, révèlent leur vie intime. La Reine enseigne à sa fille comment faire l’amour. De 1773 à 1813, Angélique de Baussan, héritière de Thoiry, et son mari, Charles de Machault, s’écrivent 1.500 lettres d’amour, 6.000 pages de tendresse. Ils se prénomment ‘‘Mon petit chat’’. Ils auront cinq chatons.

 

Le Roi Henri IV a failli être assassiné sur le domaine. Il a logé au château. Une tapisserie le montre chassant à l’épée des lions importés et lâchés dans la forêt. Quatre siècles plus tard, des lions rugissent à nouveau dans les bois d’Île de France. Mais ils sont à Thoiry pour le plaisir du peuple et pour s’y reproduire et non pour y être tués.